Página principal

Un Rapport : Crimes de Guerre Commis Contre Le Personnel Militaire des États-Unis Le 8 juin 1967 Soumis par le Secrétaire des Armées en sa capacité d'Agent Exécutif pour le Secrétaire de la Défense, le 8 juin 2005


Descargar 185.27 Kb.
Página1/3
Fecha de conversión09.07.2016
Tamaño185.27 Kb.
  1   2   3


Un Rapport :

Crimes de Guerre Commis Contre Le Personnel Militaire des États-Unis

Le 8 juin 1967

Soumis par le Secrétaire des Armées en

sa capacité d'Agent Exécutif pour le Secrétaire de la Défense, le 8 juin 2005.

Le Secrétaire de la Défense, le 8 juin 2005

Ce rapport de crimes de guerre commis contre le personnel militaire américain est soumis à l'Honorable Secrétaire de l'Armée en sa capacité d'Agent Exécutif pour le Secrétaire de la Défense, conformément à la directive du Ministère de La Défense numéro 5810.01B (29 le 2004 mars)

________________________

1 CJCSI 5810.01B (29 Mars 2004) Fournit dans la partie pertinente, attaché comme Exposé 1 :

1. But. Conformément aux autorités déléguées dans les références a et b, cette instruction établit la politique commune, assigne des responsabilités, et fournit des conseils en ce qui concerne la loi des devoirs de guerre des Etats-Unis. La référence a fourni des conseils de politique et assigne la responsabilité dans le Ministère de La Défense pour un programme pour garantir la conformité avec la loi de guerre.

4.Politique

A. Les Armées des États-Unis se conformeront à la loi de guerre pendant tous les conflits armés, cependant tels conflits sont caractérisés, et, à moins qu'autre ment dirigé par les autorités compétentes, les Armées d'États-Unis se conformeront aux principes et à l'esprit de la loi de guerre pendant toutes les autres opérations. Spécialement, la référence A précise que c'est la politique du Ministère de La Défense de garantir que :

(1)La loi de devoirs de guerre du Gouvernement des États-Unis est observée et est appliquée par les Armées des États-Unis.

(2)Un programme efficace conçu pour empêcher des violations de la loi de guerre a été par les Armées d'États-Unis.

(3)Tous les incidents rapportables commis par ou contre les membres de (ou les personnes qui servent avec ou accompagnent) les Armées des États-Unis sont ponctuellement rapportées, examinés à fond et, où s'est approprié, remédié par une action corrective.

5.Définitions…

b.Incident à signaler.Une violation possible, soupçonnée ou alléguée du droit de la guerre.

7.Exigences de déclaration

c.Enquête

Les commandants des commandements de combat établiront des procédures pour la réception des rapports initiaux des incidents à signaler, et garantira que leurs commandants subalternes :

(1)Soumettent un rapport, par les moyens les plus expéditifs disponibles,

(2)Entreprennent une enquête par une autorité d'enquête militaire appropriée conformément aux sous-paragraphes 3f(2) et 3f(4) de la pièce jointe A.

d. Le commandant de combat responsable soumettra un rapport de message, aussi promptement que possible, pour tous les incidents à signaler à l'état-major interarmées… Le Bureau du Secrétaire de Défense et le Secrétaire des Armées… Dans la capacité du Secrétaire comme Agent Exécutif sous le paragraphe 5,6 référence a.

Pièce Jointe A

3.Les commandants des commandements de combat sont responsables de l'ensemble de l'exécution de la Loi du Programme de Guerre du Département de la Défense dans leurs ordres respectifs. Les responsabilités spécifiques incluent garantissant :

F. Toutes politiques appropriées, directives, et plans d'opération et de plans de concept incorpore les rapports et les exigences d'enquête confirmés dans la référence a et cette instruction, et par le Secrétaire de l'Armée, qui est désigné par la référence a comme l'Agent Exécutif du Département de la Défense pour l'administration de la Loi du Programme de Guerre du Département de la Défense à l'égard de l'enquête et de rapports d'incidents à signaler.

(2) Garantir, via les directives appropriées d'ordre, que tous les incidents à signaler commis par ou contre les membres (ou les personnes qui servent avec ou qui accompagnent) des Armées des États-Unis sont ponctuellement signalées aux autorités

Ce Rapport est classé par l'association des vétérans du USS Liberty, Inc. une corporation californienne à but non lucratif, reconnue par le Service du Revenu Interne comme dans la Section 501(c)(3) de l'exemption sur l’impôt de l'organisation des vétérans, agissant de la part des équipiers survivants du USS Liberty.

CONTEXTE

Le 8 juin 1967 en patrouillant dans les eaux internationales 2 dans la partie orientale de la Mer Méditerranée, l’USS Liberty (AGTR-5) a été sauvagement attaqué sans avertissement ou justification par les forces aériennes et navales de l'état d'Israël. 3

D'un équipage de 294 officiers et d'hommes 4 (y compris trois civils) 5, le bateau a essuyé trente-quatre (34) tués au combat et cent soixante-treize (173) blessés dans l'action. 6 Le bateau lui-même, un navire de pointe de renseignement sur les transmissions à Quarante Millions ($40, 000,000) de Dollars

___________________________________________________________________

appropriées, font l'objet d'une enquête approfondie, et les résultats de telles investigations sont ponctuellement expédiés au Département Militaire concerné ou aux autres autorités appropriées.

Des directives applicables comprendra des conseils précis sur la collecte et la conservation des preuves d'incidents à signaler commis par les forces ennemies contre le personnel des États-Unis puisque de telles preuves peuvent servir de base à un futur procès possible de criminels accusés de crimes de guerre. [Nous soulignons]

2 Voir, l'historique du Rapport des Forces de Défense d'Israël, p. 14, (attaché comme pièce jointe 2-14) est une carte produite par les Forces de Défense israéliennes et montre la limite des eaux territoriales et la route du USS Liberty.

3 Note du Conseiller Présidentiel Clark Clifford au Président John son, daté du 18 juillet 1967, intitulé L'attaque israélienne sur le USS Liberty ( « le Rapport Clifford »), pièce jointe 3 :

« a. A tout instant avant, pendant, et suite à l'attaque, le Liberty était dans les eaux internationales où il avait le droit d'être. Comme vaisseau neutre non-combattant il a maintenu l'attitude impartiale de neutralité à tout instant avant l'assaut ».

4 Assaut sur un Collecteur de renseignements d'origine électromagnétique ou ROEM, p. 2 (le sous-titre de photo), pièce jointe 4-2 :

L’U.S.S. Liberty a été commandé au mois de mai 1945 comme navire victoire et transformé plus tard en navire de recherche technique (décembre 1964).Il avait une longueur totale de 455 pieds. Une vitesse maximale de 18 nœuds avec un complément de personnel admissible de 9 officiers et 151 hommes enrôlés avec un supplément de 6 officiers et 128 hommes enrôlés du Groupe de Sécurité Naval ».

5 Assaut sur le Collecteur de renseignements d'origine électromagnétique ou ROEM, Exposé 4-17 :

« Six linguistes arabes [rédaction] ont rejoint le USN-855 pour le travail prévu sur U.A. R. et [rédaction] sur les communications. Trois des linguistes arabes, les civils NSA Allen M. Blue, Donald L. Blalock, et Robert L. Wilson, étaient parmi les spécialistes qui sont montés à bord [rédaction].”

6. Voir, la Transcription D'enquête de la Cour de la Marine, Exposés 20 à 22 (attachés comme Exposés 5, 6, et 7). Pendant que le nombre de ceux morts au combat (MAC) reste à 34, le nombre de ces blessés dans l'action (BDA) s'est élevé à 173 comme le résultat d'hommes d'équipage supplémentaires à qui on a attribué des Cœurs Pourpres après la conclusion du NCOI.

(ROEM) la plateforme, a été tellement endommagée qu'il n'a jamais re-navigué sur une mission opérationnelle et a été encore vendu en 1970 pour $101.666,66 à la casse 7.

Israël a reconnu les faits suivants sans qualification :

(a)L’USS Liberty était un bateau américain, donc neutre vis-à-vis de la guerre de juin 1967 entre Israël et ses voisins arabes. 8

(b) Le USS Liberty est restée dans les eaux internationales à tout instant le 8 juin, 1967 (9).

(c)Les forces d'attaque israéliennes n'ont jamais fait d'identification positive de la nationalité de l’USS Liberty avant de déchaîner une force mortelle dans leur attaque sur le bateau. 10

A approximativement 0600 heures (heure locale) le matin du 8 juin, 1967 un observateur d'avion de reconnaissance maritime israélien a rapporté avoir vu « un bateau de type de cargaison de la US Navy, » juste hors de la couverture du filet de défense de radar côtier israélien, portant les marques de coque “GTR- 5 » (11) Ce rapport, fait au quartier général naval Israélien , a aussi été expédié tout de suite au conseil d'administration de renseignements de la marine israélienne. 12

________________________________________

Attaque d'un Collecteur de renseignements d'origine électromagnétique ou ROEM, Exposé 4-64

« …Le Liberty a été mis hors service le 28 juin 1968. Dans 1970 le bateau a été remis à l'Administration Maritime et vendu à la casse pour $101,666.66.”

8 Le Rapport de Ram Ron, p. 3, Exposé 8-3

« Après avoir identifié le bateau sur Jane (Le manuel de la Flotte – Exposé 1) et fondé sur l'investigation détaillée par le pilote – l'identification du bateau a été déterminée comme étant le " Liberty" de la Marine des États-Unis (naguère ancien navire de ravitaillement) d'une vitesse de 18 nœuds ».

9 L’historique du Rapport des Forces de Défense d'Israël, Exposé 2-14. Ce document est une carte, préparée par les Forces de Défense d'Israël, qui montre les limites territoriales d'Égypte et Israël, de même que la piste du USS Liberty (bien au-delà de toutes les mers territoriales déclarées) le jour du 8 juin, 1967. Exposé 2-14

10 Assaut sur un Collecteur de renseignements d'origine électromagnétique ou ROEM, citant les charges classées par le Procureur Militaire Principal israélien, en particulier, les Accusations 4 et 5 Exposé 4-39 :

"4.Plainte:Que le Département naval ordonne de ne pas attaquer le bateau (le Liberty), « de crainte d'erreur et dans l'incertitude en ce qui concerne la vraie identité du bateau, » n'a pas été livré à la division du torpilleur.

5.Plainte:Que c'était une négligence de donner l'ordre d'attaquer un navire de guerre sans établir préalablement, au-delà du doute, son identité nationale et sans prendre en compte la présence du bateau américain, le Liberty, à proximité de la côte d'Israël ».

11 l'historique du Rapport des Forces de Défense d'Israël Exposé 2-678

« La [l'avion de reconnaissance maritime israélien] mission de la patrouille était de détecter les mouvements de bateau avant que les vaisseaux puissent entrer à portée du radar de détection côtière.

Tout au long du reste de la journée avant l'assaut, l'avion de reconnaissance israélien a volé régulièrement en position vers USS Liberty et mis en orbite le vaisseau avant de retourner à leurs bases en Israël. Au total, pas moins de huit (8) vols semblables ont eu lieu (13)

A approximativement 10 heures 50, tôt le matin l'observateur naval du vol de reconnaissance, est arrivé au quartier général des forces aériennes israéliennes et s'est assis là-bas avec l'officier de liaison aérien-naval. Les deux officiers ont consulté les Bateaux de Combat de Jane et ont appris que le bateau signalé plus tôt le matin était l’USS Liberty, un bateau de recherche technique des États-Unis.

A partir de 9.00 heures le 8 juin 1967, et jusqu'à l'attaque 5 heures plus tard, le USS Liberty a maintenu une vitesse d'approximative ment cinq nœuds et une route de ouest-nord-ouest. (15)

__________________________________________________________________________

Pendant ce temps, l'avion "Nord" qui avait patrouillé la mer avait atterri et [à 10 heures 50 heure locale] l'observateur avait été interrogé par le Lieutenant Commandant Pinchasi, un représentant de la marine à l'Ordre de l'Aviation. L’observateur a rapporté apercevoir la marque GTR-5 sur le côté du navire. Le Lieutenant Pinchasi a vérifié la marque dans un manuel "Janes" et a appris que cela faisait référence à un navire de renseignement nommé "Liberty"

12 l'historique du Rapport des Forces de Défense d'Israël Exposé 2-8

« Il [Pinchasi] a signalé les informations aux Opérations Navales Section/3 et puisque la référence était à un navire de renseignement il a été de la même manière le signaler aux Opérations Navales Section/4 (renseignements).

13 Le mémorandum de Carl F. Salans, le Conseiller Légal au Sous-Secrétaire d'État du Département d'État daté de 21 septembre, 1967 et intitulé : Le Liberty-- les Incohérences Entre l'Enquête Israélienne et l'Enquête de la Marine américaine ( « le Rapport de Salans »), Exposé 9 :

"II. Surveillance d'avion

Le rapport israélien indique qu'un bateau a été signalé dans le secteur par l'avion de reconnaissance à 0600 heures et qu'un autre rapport a été reçu d'un contact entre un avion israélien et un vaisseau de surface à environ 0900 heures.

La conclusion des faits du Tribunal de Marine, plus le témoignage de divers membres de l'équipage indique des survols de reconnaissance du Liberty à 0515, 0850, 1030, 1056, 1126, 1145, 1220, et 1245 heures.» [heures locales]

14 l'historique du Rapport des Forces de Défense d'Israël, Exposé 2-8

« Le Lieutenant Pinchasi a vérifié le marquage dans un manuel "Janes" et a appris que cela faisait référence à un navire de renseignement nommé "Liberty"

15 l'historique du Rapport des Forces de Défense d'Israël (carte), Exposé 2-14:

A 1400 heures, alors qu'à approximativement 17 miles de la côte de Gaza, l’équipage du USS Liberty a observé trois contacts de radar de surface se refermant sur leur position à toute vitesse. Quelques instants plus tard, l'équipage de radar du pont a observé le retour de l'avion à grande vitesse passant au-dessus de la même position. 16

Quelques instants plus tard, et sans avertissement, un avion de combat israélien a lancé un assaut de fusées sur le USS Liberty. L’avion a fait des passages répétés en faisant feu, attaquant l’USS Liberty avec des fusées et avec leurs canons internes. Après que le premier vol d'avions de chasse ait épuisé leurs munitions, les vols subséquents d'avions de chasse israéliens ont continué à poursuivre l'assaut avec les fusées, le canon, et le napalm.17

Durant l'attaque par air, l'équipage de l’USS Liberty a eu des difficultés à contacter la sixième flotte pour demander assistance due aux intenses brouillages des communications. 18

Les cibles initiales sur le bateau étaient le pont de commande, les antennes de communications, et les quatre mitrailleuses de calibre 0,50, placées sur le bateau pour repousser les assaillants.

_____________________

16 Attaque d'un Collecteur de renseignements d'origine électromagnétique ou ROEM, Exposé 4-26

« La position relative de cet avion était environ 135°, son angle de position était environ 45°-50°, sa hauteur approximativement 7.000 pieds, et il était approximativement cinq à six miles du navire ».

« À à peu près 14 heures 24, les gardes ont aperçu trois bateaux à vitesse rapide s'approchant du Liberty du nord-est sur une position relative d'environ 135" à une distance d'à peu près 15 miles ».

17 Attaque d'un Collecteur de renseignements d'origine électromagnétique ou ROEM, Exposé 4-28

« Le mitraillage coordonné, la fusée, et les bombardements aériens incendiaires ont créé trois feux majeurs en haut qui ont recouvert avec des flammes et de la fumée épaisse de grands secteurs du Liberty ».

18 Attaque d'un Collecteur de renseignements d'origine électromagnétique ou ROEM, Exposé 4-26

« En même temps, il a commandé au Lieutenant Maurice H. Bennett de signaler au Chef d'Opérations Navales (CNO) via le circuit de radio de Haute Commande (hicom) que le Liberty était sous l'assaut d'un avion à réaction non identifié et a exigé une assistance immédiate. Ce message Éclair, donnant la position du Liberty comme 33-25E, 31- 23N, a été reçu par le porte-avions. le U.S.S. Saratoga (CVA-60) et relayé au Commandant, les Forces Navales U.S Européennes, Sixième Flotte; et au Commandant, Détachement Spécial 60 (CTF60).La transmission du Liberty n'a pas été faite sans difficultés. Durant l'attaque, et par intermittence après ça, le circuit vocal hicom était sujet à de forts brouillage quelque que fut la fréquence. L'interférence électronique était décrite comme porteuse stable sans modulation."

19 Attaque d'un Collecteur de renseignements d'origine électromagnétique ou ROEM, Exposé 4-28

"Huit hommes ont été tués ou sont morts des blessures reçues durant l'attaque aérienne: deux tués ou blessés mortellement sur le ponts, deux tués à la mitrailleuse 51, un tué à la mitrailleuse 52, un mort des blessures reçues sur le côté tribord du pont principal, et deux morts des blessures reçues au niveau 01 à bâbord. Partout sur le secteur du haut, 75 hommes avaient été blessés par les éclats d'obus et le choc d'explosion des fusées ».

Après que l'avion de chasse israélien eût fini son attaque, trois torpilleurs israéliens sont arrivés et ont commencé une attaque de surface quelques trente minutes après l'attaque aérienne. Les torpilleurs ont lancé en tout cinq torpilles, dont l'une a touché le côté de l’USS Liberty, à l'opposé des espaces de recherche du navire. Vingt-six américains, en plus des huit qui avaient été tués plus tôt dans les attaques aériennes, ont été tués à la suite de cette explosion.

Suite à l'attaque de leurs torpilles, les bateaux torpilles ont navigué de haut en bas sur la longueur du bateau (tribord et bâbord), continuant leur attaque, ratissant le bateau de feu de mitrailleuse et de tirs de canon. A Malte, des hommes d'équipage ont été plus tard assignés à compter tous les trous dans le bateau qui étaient de la taille d'une main d'homme ou plus large. Ils ont trouvé au total 861 trous, en plus des "milliers" de trous de mitrailleuse de calibre 0,50.

Les survivants signalent que les équipages du torpilleur ont balayé les ponts de l’USS Liberty avec des feux de mitrailleuse continus, ciblant les équipements de communications et tout membre d’équipage qui s’aventurait sur les ponts. 22

_________________________________________________________________________

20 Attaque d'un Collecteur de renseignements d'origine électromagnétique ou ROEM, Exposé 4-28

« En ce moment, les bateaux lance torpilles ont ouvert le feu avec leurs fusil, tuant le timonier du Liberty. En quelques secondes une torpille a traversé l'arrière du bateau à à peu près 25 yards. L'heure était alors 14 heures 34. Une minute plus tard, une deuxième torpille a frappé le bateau à tribord, juste à l'avant du pont et à quelques mètres au-dessous de la ligne de flottaison ».

21 Voir la déclaration de Lloyd Painter, Exposé 10, et la déclaration de Glenn Oliphant Exposé 11.

22 Voir la déclaration de Lloyd Painter, Exposé 10, et la déclaration de Glenn Oliphant Exposé 11.

Déclaration du survivant Glenn Oliphant, Exposé 11.

« Peu après que la torpille ait frappé, l'ordre a été reçu d'abandonner le bateau. J'ai procédé à la trappe à l'extérieur dans la salle émetteur radio et déverrouillé la porte. Quand je suis arrivé sur le pont j'ai regardé devant et j'ai découvert que le filet qui soutenait mon radeau de survie et tous les radeaux de survie avaient été consumés par le feu.je suis ensuite allé du côté tribord du bateau et j'ai trouvé des hommes blessés remontant du pont du mess au pont principal. J’ai rendu secours à plusieurs d'entre eux et en quelques minutes des douilles et des éclats d'obus volaient partout provenant des torpilleurs. L’ordre a été donné de retourner sur les ponts du mess."

Les pompiers de limitation des dégâts, qui avaient risqué déjà leurs vies simplement en apparaissant sur le pont, ont dû abandonner leurs efforts parce que leurs tuyaux d'incendie avaient été déchiquetés par le feu de mitrailleuse.

Les survivants ont aussi signalé que l'équipage du torpilleur tiraient sur les bateaux de sauvetage gonflables lancés par l'équipage après que le capitaine ait donné l'ordre de se "préparer à abandonner le navire". 24. Cet ordre a dû être annulé parce que l'équipage était incapable de se tenir sur le pont principal sans se faire tirer dessus et les radeaux de survie ont été détruits alors qu'ils étaient lancés. 25

L'équipage sans défense, initialement incapable de signaler leur situation de détresse ou de demander de l'aide et pouvant seulement compter sur eux-mêmes, se sont battus héroïquement pour sauver leur navire et eux-mêmes. En reconnaissance de leurs efforts dans cette seule action, ils ont été ultimement récompensés, collectivement, par une Médaille de l'Honneur, deux Croix de la Marine, onze Étoiles d'Argent, vingt Étoiles de Bronze (avec le système "V"), neuf Médailles de Recommandation de la Marine, et deux cent quatre Cœurs Pourpres. En plus, le bateau a été récompensé de La Citation Présidentielle d'Unité.

En rafistolant plusieurs systèmes ensembles, l'opérateur radio du navire avait ultimement été capable d'envoyer un message de détresse bref qui avait été reçu et reconnu par les forces de la Sixième Flottille des États-Unis présentes dans la Méditerranée. 26 Après avoir reçu ce

__________________________________________________________________________

23 Déclaration du survivant James M.Ennes, Jr., Exposé 12

« Presque chaque homme sur ce bateau se souvient - comme je me souviens très clairement de ma position en dehors du carré des officiers -que les torpilleurs donc ont encerclé le navire pendant longtemps tirant de près sur tout ce qui bougeait. Les hommes qui essayaient d'aider leurs camarades de bord blessés sur le pont se faisaient tirer dessus. Les hommes qui combattaient le feu se faisaient tirer dessus et se souviennent avoir vu leurs lances à incendie crevées par des feux de mitrailleuses. Ceci a continué pendant plusieurs minutes. Pendant un moment, les hommes ont concentré leurs tirs près de la ligne de flottaison, vraisemblablement espérant faire sauter les chaudières pour accélérer notre fin. Finalement, ils se sont retirés à quelque distance du navire. »

24 Déclaration du survivant Glenn Oliphant.Exposé 11.

« Peu après que la torpille ait touché, l'ordre a été reçu d'abandonner le bateau ».

25 Voir la déclaration de Lloyd Painter, Exposé 10 et la déclaration de Glenn Oliphant 11.

Déclaration du survivant James M.Ennes, Jr, Exposé 12.

26 Exposé 13:

081235Z


FM NJRS

TO CINCNAEUR

INFO BGOC

message les portes avions USS Saratoga et USS America ont chacun lancé un avion pour venir en aide au USS Liberty. 27 les avions attaquant qui avaient été signalés ont été déclaré hostiles et les avions de secours ont été autorisés à les détruire à l'arrivée. 28 Les règles d'engagement, autorisant la destruction des agresseurs, ont été transmises aux avions de secours "en clair" (c.-à-d., ils n'étaient pas cryptés).

Peu de temps après la transmission de la Sixième Flotte des règles d'engagement à son avion envoyé en renfort, les torpilleurs israéliens ont soudainement arrêté leur attaque et ont transmis des messages demandant à l’USS Liberty s'ils avaient besoin d'aide. 29 Au même moment,

__________________________________________________________________________

SUIVANTE RECUE DE ROCKSTAR SUIS SOUS ATTAQUE MA POSITION 31-23N 33-25E AI ETE TOUCHE DEMANDE IMMEDIATE D'ASSISTANCE

27 Exposé 14:

081250Z JUIN 67

FM COMSIXTHFLT AUX USS SARATOGA ET USS AMERICA

INFO CTF SIX ZERO CTG SIX ZERO PT TWO BT

C O N F I D E N T I E L

1. AMERICA A LANCE QUATRE A4 ARMES POUR PROCEDER VERS 31-23N 33-25E POUR

DEFENDRE L’USS LIBERTY QUI EST MAINTENANT SOUS ATTAQUE BATEAUX CANONNIERS.

FOURNISSEZ COUVERTURE COMBAT ET NAVIRES-CITERNES. RELEVE EN STATION

LANCEMENT SARATOGA QUATRE A-1 ARMES DES QUE POSSIBLE MEME MISSION.

GP-4

BT

28 Exposé 15:



081339Z. Incident USS Liberty

1. IAW CINCUSNAVEUR inst P03611#SB les forces attaquant le Liberty sont déclarées hostiles.

2. Vous êtes autorisés à utiliser la force dont la destruction si nécessaire pour contrôler la situation. N’utilisez pas plus de force que nécessaire, ne poursuivez pas les unités vers la terre dans le but de représailles. But de la contre-attaque pour protéger le Liberty uniquement.

3. Mettre au courant tous les pilotes du contenu de ce message.

4. En plus mettez au courant les pilotes que la limite territoriale égyptienne est à 12 miles et que le Liberty est juste à la limite. Ne volez pas entre le Liberty et la côte sauf comme requis pour exécuter les dispositions paragraphe 2 ci-dessus. Briefez la couverture aérienne que n'importe quel assaut sur un avion d'attaque, Liberty, ou sur eux-mêmes est un acte hostile et le paragraphe deux ci-dessus s'applique.

29 Attaque d'un Collecteur de renseignements d'origine électromagnétique ou ROEM, Exposé 4-30

"Un des bateaux signalé par un clignotement de lumière, en anglais, « Avez-vous besoin d'aide? "N'étant pas en mesure de signaler par la lumière, commandant ordonna McGonagle un signaleur de hisser le drapeau international de signaux pour "n'est pas sous commande », ce qui signifie que le navire était manœuvré avec difficulté et qu'ils devaient tenir à l'écart."

L'officier naval israélien a notifié l'Attaché Naval à l'Ambassade Américaine des États-Unis à Tel Aviv que les forces israéliennes avaient attaquées par erreur un bateau de la Marine des États-Unis et demandé pardon. L'Attaché Naval a notifié la Sixième Flotte des États-Unis et les avions de secours ont été rappelés avant qu'ils soient arrivés sur le lieu de l'assaut.

A peu près au même moment que la fin de l'attaque du torpilleur, des hélicoptères d'attaque israéliens sont arrivés au-dessus du navire. 32. Les survivants ont rapporté que les hélicoptères étaient remplis d'hommes en tenue de combat. Le Capitaine du USS Liberty a donné l'ordre de "se préparer à repousser les assaillants" mais les hélicoptères sont repartis sans tenter de faire atterrir leurs troupes. 34

_________________________________________________________________________

30 Exposé 16

Tel Aviv, 8 Juin , 1967, 1414Z.

"0825.ALUSNA a appelé FLO pour recevoir le rapport. L’avion et des petits torpilleurs rapides israéliens ont attaqué à tort le navire américain à 081200Z avec la position 3125Z 33-33E. Peut-être un navire de la marine. Des hélicoptères des Forces de Défense d'Israël en opération de secours. Aucune autre information. Les Israéliens envoient des excuses abjectes et demandent des informations d'autres navires des États-Unis près des côtes de zone de guerre ».

31 Exposé 17

081440Z JUIN 67

FM COMSIXTHFLT

A L' AMERICA/LE SARATOGA /CTF60/CTG60.2

CONFIDENTIEL

1. RAPEL DE TOUTES LES ATTAQUES JE REPETE RAPEL DE TOUTES LES ATTAQUES

32 Déclaration du survivant Richard Carlson, Exposé 18

"Un officier est arrivé de l'extérieur. Nous ne pouvons pas sortir dehors. Ils tirent sur toute personne sur le pont et ont tiré sur les radeaux de survie. J’entends le tournoiement d'un hélicoptère. Il passe près du hublot. Est-ce que je viens juste de voir des troupes armées? On se passe le mot. «Préparez-vous à repousser l'assaillant!"

33 Déclaration du survivant James Kavanagh, Exposé 19

"13. Quelques minutes plus tard on nous a dit de se tenir prêts à repousser les assaillants. Nous avons reçu quelques fusils et et avons attendu patiemment la bataille."

Déclaration du survivant Richard Carlson, Exposé 18

"Un officier est arrivé de l'extérieur. Nous ne pouvons pas sortir dehors. Ils tirent sur toute personne sur le pont et ont tiré sur les radeaux de survie. J’entends le tournoiement d'un hélicoptère. Il passe le hublot. Est-ce que je viens juste de voir des troupes armées? On se passe le mot. «Préparez-vous à repousser l'assaillant!"

34 Attaque d'un Collecteur de renseignements d'origine électromagnétique ou ROEM, Exposé 4-30

" A environ 15 heures 15, deux hélicoptères se sont approchés du Liberty et ont circulé autour du bateau à une distance d'environ 100 yards. L’insigne de l'Étoile de David était clairement visible. Un des hélicoptères était numéroté 04 ou D4, l'autre 08 ou DB. Les hélicoptères sont partis, revenus, et repartis.

La position officielle des États-Unis concernant ces évènements, comme contenus dans une note diplomatique par le Secrétaire d'État Rusk adressée à l'Ambassadeur d'Israël est décrite, pour la partie pertinente, ci-dessous:

"Washington, le 10 juin 1967.

Le Secrétaire d'État présente ses compliments à son Excellence l'Ambassadeur d'Israël et a l'honneur de se référer à la note de l'Ambassadeur du 10 juin 1967 concernant l'attaque des avions et bateaux torpilles israéliens du vaisseau des États-Unis U.S.S Liberty,

_________________________________________________________________________

35 Une note diplomatique du Secrétaire d'État Rusk à l'Ambassadeur, archives nationales et Enregistrements de l'Administration, RG59, dossiers centraux 1967-69, POL27 ARAB-ISR. Exposé 20

"Washington, le 10 juin 1967.

Le Secrétaire d'Etat présente ses compliments à son Excellence l'Ambassadeur d'Israël et a l'honneur de se référer à la note de l'Ambassadeur du 10 juin 1967 concernant l'attaque des avions et bateaux torpilles israéliens du vaisseau des États-Unis U.S.S

Liberty, qui a été exécutée à 16 heures 05 et 16 heures 25 heure locale. Respectivement, le 8 juin 1967 alors que l’U.S.S. Le Liberty été engagé dans des activités paisibles dans les eaux internationales.

Au moment de l'attaque, l’U.S.S. Liberty portait le pavillon américain et son identification était clairement indiquée en grosses lettres et chiffres blancs sur sa coque. C’était en plein jour et les conditions météorologiques étaient excellentes. L'expérience démontre que le drapeau et le nombre d'identification du vaisseau étaient facilement visibles de l'air. A 14 heure 50 heure locale le 8 juin, 1967, deux avions israéliens ont encerclé l’U.S.S. Liberty trois fois, dans le but évident d'identifier le vaisseau. En conséquence il y a toute raison de croire que l’U.S.S. Liberty a été identifiée, ou au moins sa nationalité déterminée, par l'avion israélien approximativement une heure avant l'assaut. Dans ces circonstances, l'attaque plus tard par l'avion israélien du l’U.S.S. Liberty est tout à fait littéralement incompréhensible. Au minimum, l'assaut doit être condamné comme un acte d'imprudence militaire qui reflète l'indifférence délibérée pour la vie humaine.

L'assaut subséquent par les torpilleurs israéliens, substantiellement après que le vaisseau était ou aurait dû être identifié par les forces militaires israéliennes, manifeste la même indifférence imprudente pour la vie humaine. La silhouette et la conduite de l'U.S.S. Liberty les ont distinguées facilement de n'importe quel vaisseau qui aurait pu être considéré hostile. L’U.S.S Liberty était engagé paisiblement, ne posait aucune menace que ce soit aux torpilleurs, et ne portait évidemment aucun armement lui permettant une capacité de combat. Il peut et aurait dû être visuellement scruté de près avant que les torpilles ne soient tirées.

Pendant que l'Ambassadeur d'Israël a informé Secrétaire d'État que « le Gouvernement d'Israël est préparé à réparer la perte tragique de vie et les dommages matériels,« Le Secrétaire d'état souhaite préciser que le Gouvernement des États-Unis s'attend à ce que le Gouvernement d'Israël prenne aussi les mesures disciplinaires que le droit international exige en cas de conduite arbitraire par le personnel militaire d'un État. Il souhaite aussi rendre clair que le Gouvernement des États-Unis s'attend à ce que le Gouvernement d'Israël fournisse les instructions nécessaires pour s'assurer que le personnel et la propriété des Etats-Unis ne soient pas mis en danger par les actions arbitraires du personnel militaire israélien.

Le Gouvernement des États-Unis s'attend à ce que le Gouvernement d'Israël fournisse une indemnisation en accord avec le droit international dans la mesure où il est possible de dédommager les pertes subies dans cet évènement tragique. Le Département d'Etat présentera au Gouvernement d'Israël, dans un futur très proche, une déclaration monétaire complète de sa réclamation.

Dans ces circonstances, l'attaque plus tard par l'avion israélien de l’U.S.S Liberty est tout à fait littéralement incompréhensible. Au minimum, l'assaut doit être condamné comme un acte d'imprudence militaire qui reflète l'indifférence délibérée pour la vie humaine.

L'assaut subséquent par les torpilleurs israéliens, substantiellement après que le vaisseau était ou aurait dû être identifié par les forces militaires israéliennes, manifeste la même indifférence imprudente pour la vie humaine….L’ U.S.S Liberty était engagé paisiblement, ne posait aucune menace que ce soit aux torpilleurs, et ne portait évidemment aucun armement lui permettant une capacité de combat. Il peut et aurait dû être visuellement scruté de près avant que les torpilles ne soient tirées

…Le Secrétaire d'état souhaite préciser que le Gouvernement des États-Unis s'attend à ce que le Gouvernement d'Israël prenne aussi les mesures disciplinaires que le droit international exige en cas de conduite arbitraire par le personnel militaire d'un État. »

Il n'y a pas eu de déclarations dans les derniers trente-huit ans par le gouvernement des États-Unis renversant ou modifiant cette position formelle.

Le Procureur Militaire en Chef des Forces de Défenses Israéliennes, immédiatement après l'assaut, a déposé des charges formelles recommandant la cour martiale contre un nombre de personnels militaires israéliens. 36 Avant le début des débats de la cour martiale, les Forces de Défense d'Israël ont remis

______________________________

36 Attaque sur un Collecteur de renseignements d'origine électromagnétique ou ROEM, Exposé 4-3839

«Sont données ci-dessous les charges amenées par le Procureur Militaire en Chef ainsi que les conclusions du juge d'instruction

  1   2   3


La base de datos está protegida por derechos de autor ©espanito.com 2016
enviar mensaje